L'artisanat suédois

Les Suédois sont très soucieux de préserver les valeurs traditionnelles et c'est une des raisons pour lesquelles l'artisanat reste très présent dans leur vie de tous les jours.

Le travail du bois

Le bois, voilà une matière première qui ne manque pas en Suède et les Suédois savent en faire bon usage ! S'il est une région où le travail du bois est omniprésent, c'est bien la Dalécarlie. En effet, le long des rives du lac Siljan, le travail du bois s'est développé en une intense industrie touristique. Cette région compte bon nombre de petites fabriques familiales qui produisent toutes sortes d'ustensiles en bois, brut ou peint, tels que cuillères, fourchettes, couteaux, plats… Des boutiques d'artisanat sont présentes dans tous les villages qui bordent le lac Siljan, et notamment à Mora. L'objet le plus symbolique de la Suède reste toutefois le fameux cheval de Dalécarlie (Dalahäst en suédois). Il est produit dans une petite fabrique (Grannas A. Olssons Hemslöjd) qui se trouve à Nusnäs, joli petit village situé à quelques km de Mora. L'endroit est peut-être un tantinet trop commercial mais il y a un choix intéressant et la visite des locaux est valable.

Histoire du cheval de Dalécarlie

Peinture des chevaux de bois

Atelier de peinture des chevaux de Dalécarlie. Tous ces objets sont décorés à la main.

La naissance du cheval de Dalécarlie remonte au 18ème siècle. Selon les témoignages, on attribue son origine aux bûcherons ou aux soldats. La naissance du cheval de Dalécarlie attribuée aux bûcherons Au cours des longues soirées d'hiver, pour passer le temps, les bûcherons de la région de Dalécarlie s'amusaient à sculpter dans du bois des jouets pour leurs enfants. Le plus souvent, il s'agissait de chevaux car ces animaux revêtaient une importance particulière à cette époque : on les utilisait pour les travaux à la ferme, pour porter des charges, pour le transport…bref, ils facilitaient grandement la vie des gens et étaient considérés comme des animaux précieux.

La naissance du cheval de Dalécarlie attribuée aux soldats

Au cours de l'hiver 1716, alors que le roi Charles VII de Suède livrait une guerre un peu partout en Europe, de nombreux soldats étaient logés chez des habitants des environs de la ville de Mora, au bord du lac Siljan. Comme souvent en temps de guerre, la nourriture se faisait rare et l'hiver fut, en outre, particulièrement rude. Selon une légende, un soldat s'amusa à sculpter un cheval dans un morceau de bois, le peint en rouge et l'offrit à l'enfant de la famille qui le logeait. En remerciement, la mère de l'enfant offrit au soldat un bol de soupe. Le soldat sculpta alors un autre cheval et reçut un deuxième bol de soupe…. La nouvelle fit rapidement le tour et ses camarades soldats se mirent eux aussi à sculpter et à peindre des chevaux en bois en échange de nourriture.

Evolution du design

Au départ, les figurines étaient en bois brut. Puis, vint le jour (au 19ème siècle) où on eu l'idée de les peindre pour les égayer un peu. En raison de la présence de mines de cuivre dans les environs (à Falun notamment), ce fut la couleur rouge qui fût choisie comme couleur de fond. Sur ce fond de couleur rouge, on se mit également à peindre des motifs de couleur vive. Le choix du motif de la selle, qui rappelle les formes d'un calebassier (courge), tire son origine d'une histoire de la Bible, celle de Jonah assis à l'entrée de la ville de Ninevah et qui fut protégé des rayons ardents du soleil par un calebassier qui poussa à côté de lui et lui fit de l'ombre.

Le succès du cheval de Dalécarlie

Le cheval de Dalécarlie acquit une certaine popularité un peu partout dans le monde le jour où il fut choisi pour figurer sur le stand de la Suède dans le cadre de l'Exposition de Paris au milieu du 19ème siècle. Depuis sa création, l'art de fabriquer le cheval de Dalécarlie a été transmis de génération en génération et est resté aujourd'hui en Suède une tradition populaire très vivante. Il est devenu une sorte de symbole, non officiel, de la Suède et nombreux sont les touristes qui l'achètent comme souvenir.

Fabrication du cheval de Dalécarlie

Pour commencer le travail, on dispose d'un bloc de bois sur lequel a été tracée la silhouette du cheval. Les blocs de bois, issus de l'atelier, sont confiés à des artisans dans le village qui se chargent de sculpter à la main la silhouette du cheval. Ceci fait, les silhouettes sont renvoyées à l'atelier où elles sont immergées à trois reprises dans de la peinture (pour la couleur de fond). Le bois utilisé étant généralement du pin, il est normalement nécessaire de le faire sécher pendant 3 ou 4 semaines avant de le peindre : cela évite qu'il ne travaille et fasse se fendiller la peinture. Une fois la couleur de base appliquée, il ne reste plus qu'à peindre les motifs. Ce travail est confié à des artistes. Le travail étant fait entièrement à la main, il va de soi que chaque cheval est unique. Aujourd'hui, on trouve des chevaux de Dalécarlie d'un peu toutes les couleurs, mais le plus traditionnel reste bien sûr le cheval de couleur rouge.

Le travail du verre

Voilà encore un artisanat où les Suédois excellent. C'est dans la région du Småland que se trouvent les plus grandes verreries du pays. Il en existe une vingtaine. Parmi les plus connues : Orrefors, Kosta, Bergdala, Nybro, Boda…. Chacune comprend une boutique et un atelier de soufflage du verre que l'on peut visiter, soit librement soit avec un guide. On peut assister à l'ensemble du processus de fabrication, depuis le soufflage jusqu'à la décoration finale et le spectacle est vraiment fascinant. Les objets réalisés sont très originaux et de couleurs vives. On y trouve des objets usuels (assiettes, bols, carafes, verres…), mais aussi de nombreux objets purement décoratifs. Attention, ce n'est pas forcément dans les verreries les plus grandes que l'on trouve les choses les plus originales, mais c'est là qu'il y a le plus grand choix et on peut y trouver des objets communs pour la table à des prix à peu près abordables. Deux verreries, plus petites et moins connues (Orrefors i Hovmantorp et Johanfors) proposent des objets particulièrement originaux et raffinés. Un conseil, dans tous les cas, il vaut mieux avoir un portefeuille bien garni ! Les offices de tourisme du Småland disposent de cartes très détaillées indiquant l'emplacement des diverses verreries et de brochures avec les horaires d'ouverture des boutiques et de visite des ateliers. Le soufflage du verre est également pratiqué dans d'autres endroits, à Stockholm par exemple dans l'atelier de verrerie du musée de plein air Skansen ou encore dans le petit village de Klässbol, dans le Värmland ,où l'artisanat est très présent.

Le tissage

Dans le Värmland, dans le petit village de Klässbol, se trouve une fabrique de tissus de grand renom "Klässbols Linneväveri". Les étoffes y sont fabriquées selon les méthodes traditionnelles et la plupart des tissus sont 100 % lin. Cette fabrique est devenue le principal fournisseur de la famille royale et c'est également de là que provient le linge de table destiné au grand dîner du prix Nobel. La qualité des tissus est remarquable et les motifs sont très raffinés. Côté prix, ce n'est pas donné mais on en a pour son argent. Pour plus de renseignements, il est possible de se rendre sur leur site web. Pour ce qui concerne la laine, on trouve de très belles réalisations en Laponie, mais aussi sur l'île de Gotland en raison de la forte présence des moutons. Ces deux régions, sont également bien connues pour le travail du cuir (vêtements, sacs, étuis de couteau…) et des métaux (bijoux, plats…).

La poterie

Il n'y a pas de région particulièrement dédiée à cet artisanat. On trouve des ateliers de poterie un peu partout en Suède. Les objets réalisés se caractérisent par des formes simples et des coloris clairs et gais. Une bonne adresse : à Färjestaden, sur l'île d'Öland, se trouve une poterie ("Paradisverkstaden") très intéressante dans un cadre magnifique. Elle se constitue d'un atelier et d'une boutique installée dans une grande maison en bois et en verre. On y trouve des objets décoratifs en terre cuite (et aussi en verre), des objets pour la table... Typiquement suédois du point de vue du design et des couleurs. Ne pas hésiter à prendre une petite collation dans le superbe jardin. Sur les îles Koster, ne pas manquer de rendre visite à l'atelier de poteries Keramikverkstan Arne Öhnel : le potier a complètement déliré sur les cochons et les a représentés dans différentes postures et situations toutes plus amusantes les unes que les autres. Très original et beaucoup d'humour.

www.000webhost.com